Affichage des articles dont le libellé est Serial killer. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Serial killer. Afficher tous les articles

Le mystérieux meurtre de « Septic Tank Sam »


Le meurtre de « Septic Tank Sam » demeure l’une des affaires judiciaires les plus mystérieuses de l’histoire. Le tueur, qui a violemment torturé sa victime, n’a jamais été retrouvé. De même, les enquêteurs ne sont jamais parvenus à découvrir l’identité de la victime mutilée malgré les efforts incommensurables qui ont été mis en œuvre.

Le 13 avril 1977 a commencé comme un jour comme un autre dans la ferme isolée appartenant à M. et Mme McLeod, près de la petite ville de Tofield, au Canada, située à seulement 42 miles d'Edmonton, dans la province de l’Alberta. Bien que la ferme elle-même soit en grande partie abandonnée depuis des années, ce jour-là, McLeod était sur sa propriété avec sa femme examinant une vieille fosse septique qui se trouvait là, depuis de longues années à travers les arbres, dans le but de récupérer une pompe. Au lieu de cela, ils ont découvert un spectacle macabre qui les choquerait et deviendrait l’un des meurtres non résolus les plus effrayants de l’histoire canadienne.

Alors qu'ils regardaient à travers le réservoir, une puanteur fétide les enveloppait. L’eau trouble et boueuse laissait échapper une odeur nauséabonde. Puis, il apparut, à la surface incrustée d'écume, une chaussette de laine grise dans une chaussure marron. Ils trouvèrent cela assez étrange et pas à sa place. Quand ils sont allés récupérer la mystérieuse chaussette, ils ont découvert qu’elle était attachée à une jambe qui était plongée dans l’eau brunâtre. Les autorités ont été immédiatement prévenues et lorsqu'elles sont arrivées, elles ont repêché un corps humain qui avait mijoté pendant des mois dans la fosse septique humide. Le cadavre était tellement décomposé qu'il était impossible de dire s'il s'agissait bien d'un homme ou d'une femme. Puisque le corps avait été fourré dans la fosse septique d’une ferme rurale, cela indiquait qu’il s’agissait d’un acte criminel. Mais c’était avant que le corps ait été correctement examiné qu’un grand nombre de détails terrifiants furent révélés.

On a découvert que le corps mystérieux était celui d’un homme, probablement d’ascendance caucasienne ou amérindienne, même s’il était difficile de le dire avec certitude. Il avait environ 28 ans et était en bonne santé. Ce qui était plus surprenant, c’est qu’il avait apparemment été torturé assez sévèrement et impitoyablement dans le temps qui a précédé sa mort. Le corps montrait des signes que la victime avait été étroitement attachée, battue et horriblement brûlée avec un chalumeau au butane et des cigarettes. Tout son corps portait ce genre de stigmates. Il avait également été mutilé sexuellement avant sa mort et avait finalement été libéré de ses souffrances après qu’il ait reçu plusieurs balles dans la tête et à la poitrine. Le tueur avait ensuite recouvert le cadavre avec de la chaux vive pour accélérer sa décomposition, l'avait enveloppé dans un drap jaune, attaché avec un cordon, puis l'avait jeté dans l'eau sale et stagnante de la fosse septique à moitié remplie. Cela faisait de 4 mois à un an que le corps se trouvait là. La chaux vive se mélangeant à l’eau avait permis au corps de rester dans un bon état relatif. Ce qui est encore plus remarquable, c’est que le réservoir était en retrait par rapport à la route, ce qui signifie que le tueur avait traîné le corps là-bas à travers la broussaille pour finalement le jeter. Cette personne avait fait de gros efforts pour non seulement tuer sa victime et cacher le corps, mais aussi pour s'assurer qu'il souffrirait au maximum avant de l’achever. La plupart de ceux qui se trouvaient sur les lieux et qui travaillaient sur l'affaire ont déclaré qu'il s'agissait du crime « le plus vindicatif et le plus cruel » qu'ils n’avaient jamais vu.

Lorsque les autorités l'ont trouvé, le cadavre avait été mutilé, dissous par de la chaux et dissipé par l’eau. Les éléments permettant cette identification étaient presque impossibles, il ne restait même pas d'empreintes digitales. Ils avaient la chance que les dents de la victime, ainsi que ses plombages volumineux étaient intactes. Cela leur permettait d’essayer de savoir qui il était, mais cela se révélerait plus facile à dire qu'à faire. Les empreintes dentaires ont été examinés à travers les dossiers de police. Cela n’a rien révélé. Les empreintes dentaires ont ensuite été envoyés à plus de 800 experts dans tout le pays. Ils ont même été publiés dans des magazines et des lettres d'information spécialisées dans les soins dentaires à la recherche de pistes. Malgré leurs nombreux efforts, ils n’ont rien trouvé. D'autres tentatives ont également été faites pour découvrir l'identité de l'homme mystérieux, telles que des représentations réalisées par un artiste et l'interrogation de personnes vivant dans la région, mais cela n’a abouti qu’à une impasse. En outre, aucun cas de disparition n'avait été signalé dans l’Alberta à l'époque. Cet homme était un véritable fantôme.

Sans aucune piste ni indice quant à l’identité mystérieuse de la victime, il fut surnommé « Septic Tank Sam » avant d’être inhumé dans une fosse commune, à Edmonton. L’affaire a pratiquement été abandonnée par la suite, malgré quelques indices et pistes occasionnels, rien n’a jamais fait avancé ce cas irrésolvable. En 1979, le corps fut exhumé pour un examen plus approfondi, ce qui donna quelques détails supplémentaires, notamment le fait qu'il avait probablement plus de 35 ans au moment de son décès, qu’il était probablement un travailleur ou un ouvrier du bâtiment, et qu’il avait souffert d'une maladie non spécifiée dans son enfance. Des échantillons d'ADN ont également été prélevés et de nombreuses mesures du squelette et du crâne ont été effectuées afin de créer une reconstruction faciale plus précise. Malheureusement, aucune des reconstructions remaniées, qui ont été distribuées dans tout le pays, n’a apporté de nouvelle information utile pour résoudre cette incroyable affaire.

Entre-temps, les théories se sont répandues sur l'identité de « Septic Tank Sam », sur les raisons pour lesquelles il a été tué si cruellement, et sur la manière dont il s'était retrouvé dans ce réservoir dégoûtant. Une idée est qu'il était un homme de passage venant de très loin, mais pourquoi quelqu'un le prendrait-il en stop avant de lui faire subir un traitement aussi brutal ? La nature intense de sa torture et de son assassinat suggère qu'il a été spécifiquement ciblé pour un meurtre prémédité. Qu'avait-il fait et à qui ? Selon d’autres théories, il aurait été mêlé à la drogue ou à la mafia, et une théorie très populaire veut qu’il ait été un pédophile pris en flagrant délit et qu’il ait fait l’objet d’une justice rapide et vigilante. On soupçonne également que le meurtrier était peut-être un habitant du coin, car ils semblaient être au courant de l’existence cette ferme abandonnée et de sa fosse septique isolée, et savaient qu'ils pourraient y déposer le cadavre sans craindre qu’on ne le retrouve avant un certain temps.

Il n'y a jamais eu de suspect arrêté suite à cet assassinat et aucune nouvelle preuve ni nouvelle piste. Cette affaire reste irrésolue, comme cela sera probablement toujours le cas. Qui était « Sam Septic Tank » ? Qu'a-t-il fait pour mériter cet horrible destin ? Dans sa vie, cet homme devait avoir des amis, de la famille et même des connaissances. Pourquoi aucun d’entre eux ne sait manifester après que son portrait ait été massivement diffusé ?

C’est devenu l’un des meurtres les plus étranges et non résolus dans toute l’histoire de l’Amérique du Nord. Nous ne connaissons pas son nom ni qui il était, et il est et restera peut-être tragiquement toujours connu simplement sous le nom de « Septic Tank Sam ».

Photo : Une reconstruction du visage de la victime

Source
https://mysteriousuniverse.org/2019/01/the-mysterious-case-of-septic-tank-sam/, 21 janvier 2019

  • Digg
  • Delicious
  • StumbleUpon
  • Reddit
  • RSS

La police du Yunnan recherche un tueur en série


En République Populaire de Chine, un homme est actuellement recherché pour toute une série de meurtres sanglants …

L’affaire se déroule dans la province de Yunnan, à l’extrême Sud du pays. La police est à la recherche d’un homme suspecté d’avoir assassiner au moins six personnes et blesser trois autres.

D’après les premiers éléments de l’enquête, il s’agirait d’un homme de 37 ans, dont la femme aurait eu des aventures avec une multitude de partenaires. De ce fait, notre meurtrier, jaloux et quelque peu aigri par cette situation, se serait donc venger de la pire des manières.

Mais aujourd’hui, il est traqué par les forces de l’ordre et même par ces concitoyens, puisque une récompense de 24 000 euros sera offerte à quiconque fournira des informations permettant à mener à son arrestation.

Source

  • Digg
  • Delicious
  • StumbleUpon
  • Reddit
  • RSS

Xavier Dupont de Ligonnès aurait été aperçu à Rome !



Xavier Dupont de Ligonnès est une véritable énigme après qu’il ait prétendument assassiné toute sa famille au début du mois d’avril 2011 à Nantes. Depuis cette date, l’homme, aujourd’hui en cavale, demeure introuvable, même s’il aurait été vu dans la ville de Rome récemment …

Il est le suspect numéro 1 des cinq meurtres de sa femme, de ses trois fils et de sa fille. Après ce véritable massacre, dont les motifs restent obstinément obscurs, l’homme s’est littéralement éclipsé et personne n’a pu mettre la main dessus. On ne sait d’ailleurs même pas s’il est encore en vie.

Quoi qu’il en soit, il est sous le coup d’un mandat d’arrêt international et depuis qu’il est en fuite, il a déjà été vu à Dieppe et en Corse. Maintenant, c’est en Italie plus précisément dans la capitale romaine qu’il aurait été aperçu et même photographié. Toutefois, les enquêteurs préfèrent restés très prudents quant à ce témoignage ; en effet, l’homme de 52 ans a été signalé plus de 800 fois déjà !

La dernière piste sérieuse nous vient de Dieppe. Au mois de février de cette année, un hôtelier de la ville avait remarqué qu’un de ses clients ressemblait à deux gouttes au meurtrier présumé. D’ailleurs, celui-ci avait un comportement plutôt louche : il était parti sans payer, il avait effacé tout l’historique de l’ordinateur de l’hôtel qu’il avait consulté, et avait pris soin de vider les cendriers. Hélas, malgré ces fortes suspicions, il s’est avéré que l’ADN retrouvé sur la scène ne correspondait pas à  celui de Xavier Dupond de Ligonnès.

Sa présence à Rome est donc loin d’être acquise. D’autant que la dernière fois qu’il a été aperçu avec certitude, c’était le 15 avril 2011 soit un peu d’une semaine avant la découverte des corps. Il avait passé la nuit dans un hôtel Formule 1 dans la ville de Roquebrune-sur-Argens (dans le département du Var). Il avait alors abandonné son véhicule, repartant à pied avec un sac sur le doc.

Le mystère de ce meurtrier reste entier. Il est bien rare que l’auteur de cinq homicides parvienne à échapper aussi longtemps aux forces de l’ordre. De quoi alimenter les plus incroyables théories du complot ?

Source

  • Digg
  • Delicious
  • StumbleUpon
  • Reddit
  • RSS

Il tue son colocataire pour ensuite le dévorer



Il y a quelques années les lycées et universités américaines avaient été endeuillés par une série de tueries terribles. Aujourd’hui, c’est une affaire toute aussi tragique qui fait la une des médias des Etats-Unis. Ainsi un étudiant du Maryland (à l’Ouest du pays) a avoué avoir tué et mangé son propre colocataire.

Le mardi 29 mai 2012, la police interpella, à son domicile (dans le comté de Harford), Alexander Kinyua, jeune homme noir de 21 ans, étudiant à la Morgan State University à Baltimore. C’est son propre frère qui le dénonça après avoir découvert la tête ainsi que les mains d’un être humain.

Lors de son interrogatoire, A. Kinyua avoua avoir assassiné, découpé, et enfin mangé le cœur et des parties du cerveau de Kujoe Bonsafo Agyei-Kodie, 37 ans.  Ce dernier était porté disparu depuis vendredi.

Cette affaire macabre fait d’autant parler d’elle puisqu’elle intervient quelques heures après la découverte d’un cannibale à Miami et de l’horrible meurtre perpétré par Rocco Luka Magnotta.

Source

  • Digg
  • Delicious
  • StumbleUpon
  • Reddit
  • RSS

Il se prend pour Satan et tue sa mère



Un malade mental a poignardé à mort sa mère âgée de 84 ans. Il a déclaré à la police que c’était en vérité « Satan » qui avait commis cet abominable meurtre.

Joseph Nerone, 54 ans, a été découvert couvert de sang après qu'il ait tué Elaine Nerone à leur domicile au Nord-Ouest des Etats-Unis, ont témoigné les autorités.

Quand les détectives l'ont interrogé, il leur a dit que c’était « Satan » qui avait tué la pauvre femme, et que ce Démon « était en lui », a déclaré l’adjoint au procureur du comté de Cook (dans l’Illinois), Terry Clancy, au tribunal, le dimanche 1er avril 2012.

La mère de Nerone  a reçu plusieurs coups de couteau à la tête et au dos et la police a retrouvé plusieurs couteaux ensanglantés dans la maison située au numéro 3800 de l’Avenue North Normandy, à Chicago.

La police avait été appelée lorsque Nerone avait omis de se présenter devant son agent de probation.

Le juge James Brown a refusé de libérer sous caution Joseph Nerone et lui a ordonné de suivre un traitement à l'hôpital psychiatrique de la prison du comté de Cook. 

Les voisins ont dit samedi que la police avait été appelée de nombreuses fois à la maison des Nerone en raison de la violence présumée du fils de la famille.

Source

  • Digg
  • Delicious
  • StumbleUpon
  • Reddit
  • RSS

Tuerie de Nantes : victime d'une secte

Xavier Dupont de Ligonnès


Enquête. Le suspect du quintuple meurtre de Nantes aurait grandi auprès d’un groupe mystique.

Pétrie de croyance divine, la mère de Xavier Dupont de Ligonnès, recherché pour l’assassinat de cinq membres de sa famille à Nantes, était-elle devenue une sorte de gourou ? L’Union nationale des associations de défense des familles et de l’individu victimes de sectes (Unadfi) est persuadée que Geneviève de Ligonnès avait fondé la secte «l’Eglise de Philadelphie», dénoncée en 1995 par d’ex-adeptes bretons :«La doctrine du groupe était à ce point délirante que le service psychiatrique des hôpitaux de Rennes en avait été averti.» Mme de Ligonnès œuvrant à Versailles, l’Adfi des Yvelines a été alertée «par des proches de membres de l’Eglise de Philadelphie pour des faits qui se sont déroulés ces deux dernières années».

Apocalypse. Mais pour Georges Fenech, de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes), il s’agit plutôt d’un «groupe de prières fermé», comportant «des risques de dérives sectaires», que Geneviève de Ligonnès a initié en 1960 et qu’elle a appelé «Philadelphie» - comme l’a révélé RMC -, à ne pas confondre avec un autre mouvement, l’Eglise de Philadelphie. D’ex-membres de ce groupe qui perdure ont signalé à la Miviludes «des risques de dérives à l’intérieur, ce qui semble avoir été le cas» et des pratiques comme «la délivrance de messages divins de Jésus Christ et […] de type apocalyptique». Georges Fenech a rapporté à l’AFP la tenue d’une réunion, en 1994 à côté de Rennes, où «les membres croyaient que l’Apocalypse allait arriver».

Xavier de Ligonnès, qui a vu le jour en janvier 1961 et a grandi dans les jupons de sa mère, a donc «certainement baigné dans ce climat très mystique, très anxiogène».

Sur cité-catholique.org, en avril 2010, Xavier de Ligonnès alias «Chevy» avoue qu’il a fait «partie d’un groupe de personnes regroupées autour d’une "messagère" recevant des "révélations privées", donc des textes venant directement de Dieu».

«Dérangée». Il a été longtemps un catholique «convaincu», «puisqu’il était hors de question d’imaginer que cette messagère puisse simuler ou être folle, c’était ma propre mère…» Il réfute toute dérive sectaire de sa part. Bercé de révélations maternelles, Xavier de Ligonnès écrit la force de sa foi durant trente-cinq ans, avant de la perdre : «J’avais 11 ans à l’époque. Que feriez-vous à ma place ? Prendriez-vous votre mère pour une sainte, une messagère, une âme privilégiée ou une dérangée mentale ?»

Au nom de la mère, Me Stéphane Goldenstein fait savoir qu’elle n’est «pas une sorcière»…

Rappel des faits
En début du mois d’avril 2011, Xavier Dupont de Ligonnès, 50 ans, massacra l’ensemble de sa famille soit ses 4 enfants et sa femme. Les cinq corps furent retrouvés dans le jardin du domicile familial. Un mandat d’arrêt international a été lancé contre lui.

Source
Libération, 11 mai 2011, Patricia Tourancheau

  • Digg
  • Delicious
  • StumbleUpon
  • Reddit
  • RSS

Publicité