Affichage des articles dont le libellé est Cryptozoologie. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Cryptozoologie. Afficher tous les articles

Un cas de mutilation animal défraie la chronique en Argentine


La plupart des cas de mutilations de bétail provoquent la mort après que les organes de l’animal visé aient été retirés avec une précision chirurgicale et que son sang ait été drainé dans sa totalité.

Il y a peu en Argentine, une affaire de mutilation animal a défrayé la chronique et déconcerté les spécialistes de ce phénomène qui demeure inexpliqué. En effet, cas unique, l’animal mutilé a, curieusement, été retrouvé bien vivant …

Les journaux locaux ont rapporté qu’un éleveur avait retrouvé un veau nouveau-né qui avait disparu pendant plusieurs jours. Il avait visiblement été mutilé mais était toujours en vie, alors que plusieurs parties de son corps étaient manquantes. Mystérieusement, il n’y avait aucune trace de saignement.

Qu'est-ce qui a pu causer cette étrange mutilation ? Est-ce une nouvelle et horrible tendance ?

« Il ne présentait aucun signe de saignement, tant dans les plaies du museau que dans les lacérations superficielles, dans la langue. Les plaies étaient sèches, comme si elles avaient été cautérisées. »

Ce veau est né récemment au ranch El Boyero dans une petite ferme entre Realico et Adolfo Van Praet dans la province de La Pampa, au centre de l’Argentine. Selon Notife.com, un membre de la famille Sánchez, propriétaire de la laiterie, a déclaré que le veau était complètement normal à sa naissance et avait donc été laissé en liberté sur le terrain. Un jour plus tard, le veau a été porté disparu et une opération recherche a commencé. Est-ce difficile de trouver un veau d'un jour ? Plus difficile que l'on pourrait imaginer. Il a fallut attendre plusieurs jours, pour que le nouveau-né soit finalement été localisé - dans un état qui a laissé les propriétaires sous le choc.

« L'un des propriétaires du champ où le bœuf est apparu a déclaré qu'il avait été surpris lundi après-midi lorsqu'il avait trouvé le veau violemment mutilé au niveau de la région maxillo-faciale supérieure. Ainsi, toute la partie supérieure de son museau était manquante. »

Il manquait une grande partie avant supérieure du mollet. Comme dans la très grande majorité des cas de mutilation animale, sa langue avait été retirée et il présentait des traces de lacérations. En outre, il ne saignait pas.

Contrairement aux autres cas répertoriés, les mutilations n’ont pas été faites avec une précision chirurgicale. Malgré cette attaque qui lui a coûté sa mâchoire, le veau a miraculeusement réussi à se nourrir. Cependant, le vétérinaire local Carlos Arese n’est pas optimiste quant à son avenir. Comme il le dit à Infopico.com:

« Dans ce cas, les propriétaires sont prédisposés à les nourrir avec une bouteille, mais il n'y a aucune possibilité qu’il puisse vivre dans un tel état. En effet, ces parties ne se régénèrent pas. Il faudrait l’abattre. »

À ce jour, les autres éleveurs de la région s’interrogent sur cette affaire.

« Les gens qui travaillent la terre excluent que les blessures présentées par l'animal puissent provenir d'un autre animal sauvage de la région. »

Personne n'a exclu l’hypothèse d’un Chupacabra… ou celle d’humains effectuant une sorte de rituel bizarre ou encore les extraterrestres.

Le site Internet Infotecrealico.com, qui a rapporté l’affaire, conclut :

« Pour le moment, il n'y a aucune explication logique concernant cet événement, compte tenu également de la possibilité qu’il ait été attaqué par un animal sauvage. Toutefois, le doute persiste : le veau étant seul, pourquoi son agresseur ne l'a pas tuée pour se nourrir…? Pour l'instant tout n’est qu’incertitude. »

Photo : le veau retrouvé mutilé (infopico.com ©)

Source
https://mysteriousuniverse.org/2019/08/mysterious-mutilated-calf-found-alive-but-missing-body-parts/, 20 août 2019

  • Digg
  • Delicious
  • StumbleUpon
  • Reddit
  • RSS

Le Bigfoot photographié dans une forêt de Pennsylvanie


Un Bigfoot aurait été photographié par une caméra de surveillance installée quelque-part dans le nord-ouest de l’État de Pennsylvanie.

Cet événement a eu lieu cette année en 2019. L’emplacement exact n’a pas été révélé. Le Bigfoot présumé semblait être arrivé devant cette caméra par hasard. Cela ressemble presque à un selfie. Ces images incroyables sont d’une clarté étonnante et sont donc difficiles à croire.

L'homme a raconté avoir remarqué que quelqu'un ou quelque chose le poursuivait dans la forêt. Il semblait que cette chose le suivait depuis un moment.

Il a admis qu'une silhouette sombre est alors apparue sur les collines. Cette chose se cachait derrière les arbres et les rochers. Cela l'a certainement surpris et effrayé.

Il voulait savoir de qui il s'agissait, alors l'homme a installé plusieurs caméras de surveillance dans les bois. Ces types de caméras enregistrent des images lorsque des mouvements se produisent autour d’elles.

Remarquablement, une de ces caméras a pris cette image. Beaucoup se demandent si cette photo est celle d'un vrai Bigfoot. Curieusement, la créature Bigfoot semble avoir remarqué l’appareil photo et s’en est probablement éloignée par la suite.

Il est dommage qu'aucune vidéo n'ait été prise ou qu'aucun autre angle de caméra n'ait été capturé non plus. La photo nous montre une sombre créature en colère. Elle semble avoir des caractéristiques semblables à celles d’un singe. À moins qu'il ne s'agisse d'un animal de zoo échappé ou de quelqu’un portant un costume quelconque, l’hypothèse Bigfoot demeure la seule explication possible.

La personne, à qui appartient cette photo, devrait publier plus d'informations à ce sujet. La seule chose connue est que le témoin porte le pseudonyme u/zenona_motyl sur Reddit. De nombreux chasseurs de Bigfoot et cryptozoologues ont évoqué la possibilité qu’il puisse s’agir d’un singe. Toutefois, certains pensent qu’il s’agit véritablement du fameux Bigfoot.

En Amérique du Nord seulement, il y a de nombreuses observations du Bigfoot chaque année. Bien qu'il y ait beaucoup d’histoires qui s’avèrent fausses, certaines d'entre elles sont discutables. Cette photo semble également douteuse.

Seulement, pour en tirer des conclusions définitives, il est nécessaire que le témoin fournisse davantage d’informations. Cela permettra à des spécialistes de se rendre sur place afin d’y mener une enquête et d’en tirer les conclusions qui s’imposent.

Source
https://www.freaklore.com/pennsylvania-trail-camera-captures-snapshot-of-bigfoot, 07 août 2019

  • Digg
  • Delicious
  • StumbleUpon
  • Reddit
  • RSS

Un Bigfoot blanc observé dans l’État de l’Arkansas


Dans le comté de Logan, dans l’Arkansas, un homme affirme avoir observé une mystérieuse créature blanche qui ressemblait à un singe.

Jamie a déclaré qu'il était en vacances avec sa famille. Il était parti rendre visite à des parents dans la région lorsqu'il a observé la créature présumée.

« Je traversais la rue pour aller voir mon ami, qui vivait en face. Il s'agit d'une zone très isolée et ce sont les deux seules maisons de la région », a-t-il expliqué à l'enquêteur de BFRO, Carter Buschardt, à propos de cette rencontre faite en pleine journée, un jour de l'été 1975.

Il a ajouté qu’alors qu'il traversait une zone dégagée et boisée, il avait remarqué une « chose blanche et très grande qui marchait ».

« Il marchait le long d'une clôture de barbelés de gauche à droite, d'une rangée d'arbres à l'autre », a-t-il expliqué. « Je me suis immédiatement accroupi et j’ai bougé aussi vite que je pouvais sans attirer son attention sur moi. »

Le témoin a déclaré que le bipède ne l’avait pas regardé et qu’il avait été capable de voir quelques détails physiques de la créature mais pas son visage.

« Ses poils semblaient être d'un blanc argenté, d'une teinte semblable à celle du papier d'aluminium. »

Il a poursuivi en disant qu'il avait seulement parlé de cette observation à son ami parce qu'il « n'était pas sûr de ce que c'était » et qu'un Bigfoot blanc n'était pas quelque chose dont on parlait à l'époque.

Buschardt a ajouté qu'il avait trouvé le témoin oculaire « génial et précis » et qu'il était fermement convaincu de ce qu'il avait vu.

Il y a trois mois, un homme du nord de l'Arkansas a repéré une créature qu'il croyait être un homme-chien.

Source
http://cryptozoologynews.com/white-bigfoot-spotted-in-arkansas/, 06 août 2019

  • Digg
  • Delicious
  • StumbleUpon
  • Reddit
  • RSS

Le mystérieux homme-sauvage d’Orford, en Angleterre


Entre les nuits du 26 au 29 décembre 1980, plusieurs événements extraordinaires impliquant des OVNI se sont produits dans la forêt de Rendlesham, dans le Suffolk, en Angleterre.

De nombreux membres du personnel militaire de deux bases voisines (Bentwaters et Woodbridgede) de la Royal Air Force ont été témoins de phénomènes qui demeurent, à ce jour totalement inexpliqués.

Depuis cette époque révolue, d'innombrables membres de l'armée de l'air américaine, qui étaient stationnés dans la région à ce moment-là, se sont exprimés sur ce qui s’est passé. Un petit objet de forme triangulaire aurait été observé en train de manœuvrer dans la forêt. D'autres ont décrit avoir vu, dans les bois sombres, des êtres presque fantomatiques, de type extraterrestre. Ils étaient de petite taille et avaient des yeux étranges, semblables à ceux d’un félin. Des lumières étranges et inconnues ont été vues en train de « danser » dans le ciel nocturne, autour de la la forêt et des installations militaires jumelles. Selon certains, les mouvements étonnants des OVNIS avaient été capturés par radar. Il a même été question de faire taire le personnel militaire impliqué dans cet incident, en les réduisant au silence grâce à l’intervention de personnes menaçantes, tels que les fameux Hommes en Noir.

En ce qui concerne l'histoire officielle, de nombreuses explications rationnelles ont été avancées. Certains ont suggéré que le faisceau lumineux provenait d'un phare local - situé à proximité d'Orford Ness.

Il est vraiment étrange que beaucoup de ceux qui sont sceptiques à propos du cas OVNI de la forêt de Rendlesham de décembre 1980 sont si souvent enclins à suggérer que les aviateurs impliqués ont simplement confondu ces lumières non identifiées avec le phare d’Orford.

Pourtant, si l’on s’intéresse à l’histoire de cette ville, on peut constater que, depuis la nuit des temps, il s’y est régulièrement déroulé des événements étranges et surnaturels.

Il y a plusieurs siècles, un moine et abbé de Coggeshall (dans l’Essex), prénommé Ralph, a rapporté une histoire incroyable concernant cette région du pays. Ce récit se trouve dans l’ouvrage Chronicon Anglicanum, écrit en l’an 1200. Il raconte l’histoire de la capture d’un mystérieux homme sauvage qui vivait vraisemblablement dans cette forêt britannique.

« À l'époque du roi Henri II, alors que Bartholomé de Glanville était responsable du château d’Orford, des pêcheurs qui pêchaient en mer attrapèrent un Wildman [un Homme sauvage, NDLR]. Il était nu et ressemblait à un homme avec tous ses membres. Il était couvert de poils et avait une longue barbe poilue. Il mangeait avidement ce qu'on lui apportait, mais sic’était cru, il pressait sa nourriture entre ses mains jusqu'à ce que tout le jus en soit expulsé. »

Ralph poursuivit avec son récit sur ce mystérieux monstre : « Il ne voulait pas parler, même quant il était torturé et suspendu par les pieds. Ramené à l'église, il ne montrait aucun signe de révérence ou de conviction. Il cherchait son lit au coucher du soleil et y restait toujours jusqu'au lever du soleil. Il était autorisé à aller dans la mer, fortement gardé à l’aide de trois rangées de filets. Seulement, il a réussi à plonger sous les filets à plusieurs reprises. Finalement, à chaque fois, il est revenu de son plein gré. Mais plus tard, il s'est échappé et n'a plus jamais été revu. »

Cet étrange homme-bête, ou plutôt l’un de ses descendants, aurait été revu plusieurs centaines d’années plus tard.

Au cours de l'été 1968, un certain Morris Allen - qui a grandi dans les environs d'Orford - marchait le long de la côte, à proximité de la ville d'Orford même, lorsqu'il a aperçu au loin quelqu'un accroupi sur le sable qui se penchait sur quelque chose.

En se rapprochant, dit Morris, il put voir que l'homme était vêtu de ce qui ressemblait à une peau de bête et déchirait sauvagement la chair d'un lapin mort. L'homme était incrusté de saleté, avait de longs cheveux enchevêtrés et des yeux féroces. Morris ne pouvait que le regarder avec un mélange de fascination et d'horreur. Soudain, l’homme leva la tête et le regarda brièvement, comme s’il avait perçu l’odeur de l’intrus. L'homme sauvage ramassa rapidement le lapin, s'enfonça dans l'herbe et disparut pour toujours. Pour Morris Allen, extrêmement traumatisé, c’était un événement qu’il n’oublierait jamais.

Peut-être que l'homme sauvage d'Orford et des environs continuent d’y vivre, fascinant les gens qui ont la chance de l'observer.

On ne sait pas si les OVNI observés en décembre 1980 et cette énigmatique créature sauvage ont un quelconque rapport. Mais, une chose est sûre, il se passe des événements vraiment étranges à Orford …

Photo : Château d’Orford

Source
https://mysteriousuniverse.org/2019/08/from-a-famous-ufo-case-to-a-wild-man-beast/, 06 août 2019

  • Digg
  • Delicious
  • StumbleUpon
  • Reddit
  • RSS

Une mystérieuse créature effraie les habitants d’une ville au Pakistan


Deux travailleurs de Shershah, au Pakistan, se rendaient à leur travail quand ils ont vu une terrifiante créature aux yeux brillants.

Le marché aux puces de Shershah est un lieu bien connu en Asie du Sud. Plusieurs centaines de personnes y vendent de la ferraille de toutes sortes. Cependant, ces derniers temps, de plus en plus de vendeurs voient leur chiffre d’affaires chuter. Cette inquiétante baisse de leurs revenus est dû à de nombreuses observations d’une mystérieuse créature qui fait fuir les clients.

En réalité, de nombreux commerçants qui travaillent au marché aux puces craignent beaucoup ce monstre « hors du commun ». Beaucoup ont pris la décision de fermer leurs magasins plus tôt afin d’éviter de croiser son chemin.

Tout a commencé il y a quelques semaines, lorsqu'un agent de sécurité nommé Gulzar travaillait à l'extérieur d'un entrepôt. Soudainement, il a entendu les chiens aboyer comme des fous. Il s’est immédiatement levé de sa chaise pour voir ce qui se passait. Il a eu une sensation très étrange alors qu’il s’approchait de la zone dans laquelle les bruits venaient. À ce moment-là, il a remarqué une « créature étrange » et s'est immédiatement enfui.

Il a décrit ce qu'il a vu : « La créature était noire et ses yeux étaient aussi brillants qu'une torche. » Il a poursuivi en affirmant que depuis 25 ans qu'il travaillait ici, il n'avait encore jamais rien vu de tel. Malheureusement pour Gulzar, il a raconté son étrange rencontre à plusieurs de ses collègues, mais personne ne l'a cru.

Le lendemain, cependant, un autre agent de sécurité, Abdul Qayyum, se promenait dans la région lorsqu'il a rencontré exactement la même créature mystérieuse. Les deux hommes ont même prétendu que la créature avait tué onze des chèvres qui se trouvaient dans l'entrepôt.

Les habitants de la ville n’ont pas tardé à entendre parler de cette créature mystérieuse et la panique s’est rapidement installée. Certains témoins ont rapporté que l’étrange bête mesure cinq pieds de haut et d’autres prétendent qu’elle peut sauter jusqu’à 20 pieds dans les airs. Il y a tellement de peur en ce qui concerne la créature que certains habitants ont même contacté la police de Jahanabad. Le département de police a reçu tellement d'appels de locaux paniqués qu'ils ont décidé d’ouvrir une enquête sur la base des rapports reçus.

Beaucoup de gens vivent dans la peur de cette bête étrange. Cependant, tout le monde ne croit pas qu’elle existe véritablement. Ainsi, un employé du marché aux puces a déclaré qu'il pensait que cette histoire était une farce et que la créature n'est pas réelle.

Pour en avoir le cœur net, il nous faudra attendre que des preuves photographiques ou vidéos apparaissent.

Source
https://mysteriousuniverse.org/2019/08/mysterious-black-creature-with-glowing-eyes-spotted-in-pakistan/, 05 août 2019

  • Digg
  • Delicious
  • StumbleUpon
  • Reddit
  • RSS

Un ptérodactyle observé dans les années 1930 en Angleterre


La forêt de Needwood, située dans comté de Staffordshire, en Angleterre - était une forêt royale, qui avait été donnée au fils d'Henri III, Edmund Crouchback, le 1er comte de Lancaster, en 1266. Avant cela, elle appartenait au duché de Lancaster avant que Henri IV n’en prenne possession.

Dans les années 1770, Francis Noel Clarke Mundy publia un recueil de poèmes intitulé Needwood Forest. Cette œuvre contenait un poème consacré à cette forêt qui est, encore aujourd’hui, considéré comme « l'un des plus beaux poèmes de la région ». Il en était de même pour la forêt - qui était un lieu enchanteur, empli de magie, de mythes et de traditions anciennes, comme le sont si curieusement les forêts. Aujourd'hui, cependant, les choses sont tristement différentes et la plupart des forêts anciennes ont disparu de manière tragique : à l'heure actuelle, la région comprend vingt exploitations agricoles sur lesquelles la production laitière est la principale activité ; et il reste moins de 500 acres de forêt. Certaines parties de la forêt sont toujours ouvertes au public, y compris Jackson Bank : une vieille zone boisée de 80 acres qui se trouve à Hoar Cross près de Burton upon Trent et qui appartient au duché de Lancaster.

Il y a également la forêt de Bagot près de Abbots Bromley, qui constituerait la plus grande partie restante de la forêt de Needwood, et qui tire son nom de la famille Bagot, qui habite depuis des siècles à Blordsfield Hall, une immense bâtisse du comté de Staffordshire. Situé à environ neuf miles à l'est de Stafford et à 5 miles au nord de Rugeley, cette maison abrite la famille Bagot depuis la fin du XIVe siècle. Toutefois, la maison actuelle date principalement de l'époque élisabéthaine, avec une façade gothique ajoutée dans les années 1820 dans le cadre d’un projet probablement mené par John Buckler.

En 1945, Gerald Bagot (le 5e baron Bagot) vendit la bâtisse, alors dans un état délaissé et délabré, ainsi que son domaine de 650 hectares, à la South Staffordshire Waterworks Company. Son but était de construire un réservoir qui fut achevé en 1953. Le 5ème Baron est décédé en 1946 après avoir vendu une grande partie du contenu de la maison. Son successeur et cousin, Caryl Bagot, a racheté la propriété et 30 acres de terrain à la compagnie des eaux et a lancé un vaste programme de rénovation et de restauration. Le 6ème Baron est décédé en 1961 et a légué la propriété à sa veuve : Nancy, Lady Bagot. En 1986, l’habitation a été divisée en quatre maisons distinctes, dont la partie principale comprend la Grande salle et appartient au Bagot Jewitt Trust. Lady Bagot et la famille Bagot Jewitt y résident toujours.

C’est dans ce contexte que quelque chose de tout à fait étrange s’est passé au cours de l’été 1937, alors que feu Alfred Tipton était un jeune garçon. C'est pendant les vacances de 1937 qu’une étrange et monstrueuse créature a été observée dans cette petite région angoissante et constituée de forêts âgées de plusieurs millénaires. Selon Tipton, un matin, lui et quatre de ses amis jouaient dans la forêt depuis plusieurs heures. Alors qu’ils prenaient une pause, ils s’étaient assis sur l’herbe chaude et sèche et prenaient le soleil. Soudain, dit Tipton, ils ont entendu un cri strident qui venait des arbres juste au-dessus d’eux. Alors qu'ils regardaient tous vers le ciel, les cinq amis étaient horrifiés par la vue d'une grande bête noireassise sur son arrière-train dans un arbre particulièrement grand et très vieux. La créature « secouait la branche de haut en bas avec ses griffes serrées contre elle. » Mais cela ne ressemblait en rien à un gros oiseau.

Tipton a déclaré : « Cela me faisait penser à un diable : je n'ai pas oubliéce qui s’est passé et c'est ce à quoi elle ressemblait. »

Il a ajouté que la créature avait baissé les yeux vers eux pendant un moment, puis avait soudainement déployé ses larges ailes brillantes. Ils remarquèrent qu’elle mesurait facilement douze pieds de large. Elle monta dans le ciel avec une précision déconcertante. Alors qu’elle s’envolait, la créature alternait les phases où elle battait des ailes et celles où elle planait simplement.

Après 15 à 20 minutes, la créature avait complètement disparu.

Lorsque l’on a montré diverses images, photographies et dessins d'une grande variété de créatures à grandes ailes qui sont encore vivantes de nos jours ou qui appartiennent à des espèces éteintes, celle qui, selon Tipton, ressemblait le plus à la créature que lui et ses amis avaient vue était un ptérodactyle.

Bien sûr, le ptérodactyle est éteint depuis longtemps. Cependant, Tipton était catégorique sur le fait que la bête rencontrée par lui et ses camarades était extrêmement similaire au légendaire monstre ailé qui a vécu dans un passé lointain, il y a plusieurs millions d’années. Les garçons avaient-ils été simplement effrayés et confus en voyant un gros oiseau exotique, même s'il était d'origine et de nature conventionnelles ? Peut-être même était-ce une créature échappée d’un cirque ou d’un zoo ? Ou bien est-ce qu’une horrible chose ailée hantait vraiment le bois de Bagot en cette mâtinée fatidique de 1937 ? Nous ne connaîtrons probablement jamais les réponses à ces questions controversées et stimulantes.

Source
https://mysteriousuniverse.org/2019/07/a-pterodactyl-in-the-1930s/, 05 août 2019

  • Digg
  • Delicious
  • StumbleUpon
  • Reddit
  • RSS

L’histoire du mystérieux singe humanoïde d’Afrique


Selon les indigènes, la jungle africaine était habitée pendant des siècles par de mystérieux grands hommes ressemblant à des singes. Ils étaient extrêmement puissants et intelligents, mais ont rarement été observés.

Cette description ressemble beaucoup à des cryptides tel que le Bigfoot, mais la différence est, que dans ce cas, nous parlons du gorille. Ces créatures ont été décrites pour la première fois au milieu du XIXe siècle par l'explorateur français Paul du Chaillu, l'un des premiers étrangers à avoir pris contact avec les pygmées du Gabon et du Cameroun, et le premier Européen à « découvrir » le gorille. En outre, il est possible qu’il ait également découvert un type tout à fait nouveau de grand singe qui reste insaisissable et inconnu, et qui fait l’objet de nombreuses discussions à ce jour.

Parmi les primates que Paul du Chaillu a étudiés au cours de ses excursions, y compris le gorille et le chimpanzé, il a également mentionné une créature qu'il a appelée le Koolakamba, du nom de son cri distinctif. Selon les locaux, cette créature méconnue émettrait un cri sonnant comme « Kooloo ». L’explorateur a expliqué qu’il s’agissait d’un animal distinct des autres primates connus. La description physique du Koolakamba est semblable à celle des autres grands singes, mais avec suffisamment de différences pour que cela demeure intrigant. Selon Du Chaillu, il ressemblait vaguement à un chimpanzé, mais avec une plus grande capacité crânienne, des oreilles plus grandes et plus prononcées, un visage plat et humain, des dents inférieures et supérieures parfaitement droites, une corpulence imposante et des jambes ainsi qu’une région pelvienne lui permettant d’avoir la posture et la démarche d’un bipède. En effet, il a été dit que cette créature préférait marcher sur deux jambes.

En plus de ses descriptions physiques méticuleuses, Du Chaillu a également inclus dans ses carnets de voyage de nombreuses illustrations et récits des indigènes de la région dans lesquels la créature était évoquée. Le Koolakamba était bien connu parmi les habitants. Il existe également des notes décrivant le comportement du Koolakamba, qui diffère de celui des autres grands singes de la région. Ces créatures seraient solitaires et ne se déplaçaient pas en groupe.

L'une des théories principales est que le Koolakamba aurait pu être une sorte d'hybride entre un gorille et un chimpanzé. Le chercheur Koppenfelds appuya cette opinion en 1881, lorsqu'il écrivit qu'il était convaincu que le Koolakamba était un hybride entre les deux et qu'il était également convaincu qu'il s'agissait d'une créature bien réelle. Koppenfelds écrivait :

« Je crois qu'il est prouvé qu'il existe des croisements entre le gorille mâle Troglodytes et la femelle Troglodytes du Niger, mais pour des raisons faciles à comprendre, il n'y en a pas dans la direction opposée. J'ai en ma possession une preuve positive de cela. Cela règle toutes les questions concernant le gorille, le chimpanzé, le Kooloo Kamba, etc. »

Seulement, il existe beaucoup d'autres théories mettant à mal les explications de ce chercheur. La première est que la description de Du Chaillu n’est rien de plus qu’un spécimen unique d’une espèce de singe connue, peut-être un individu présentant des caractéristiques étranges mais restant dans les limites de la morphologie de cette espèce. De tels exemples sont connus. Le célèbre chimpanzé Oliver est un singe qui était souvent présenté dans des spectacles. Il se démarquait par son apparence humaine. Il préférait marcher sur deux jambes. Son apparence et son comportement étranges étaient tels qu'il a longtemps été spéculé qu'il était un « humanzee », c'est-à-dire un hybride théorique entre humains et chimpanzés. Pourtant, une analyse de l'ADN effectuée après le décès d'Oliver en 2012 a permis de déterminer qu'il était un chimpanzé à 100 %. Il est possible que le Koolakamba décrit par Du Chaillu soit un individu tout aussi unique ou bizarre, mais le fait qu’il ait été très clair sur le fait qu’il s’agissait d’une espèce connue de la population depuis des générations ne semble pas correspondre à cette idée.

Du Chaillu avait peut-être raison et il s’agissait peut-être d’une véritable nouvelle espèce ou sous-espèce de grands singes telle que le chimpanzé ou même le gorille. Dans les années 1960, le célèbre primatologue Osman Hill a mené une vaste étude sur les chimpanzés pour le compte de la Holloman AFB, qui est connu aujourd'hui sous le nom de Fondation Coulston. Hill a rapporté qu'il avait effectivement observé des spécimens de ce qu'il croyait être le Koolakamba dans sa propre colonie de chimpanzés. Cependant, nombre de ses observations différaient des descriptions fournies par Du Chaillu, telles que la taille des oreilles et la planéité du museau, ce qui rendait difficile de savoir si les deux hommes décrivaient réellement la même chose. Une analyse moléculaire dans les années 1980 a révélé que les animaux que Hill avait désignés comme étant des Koolakamba ressemblaient en réalité, comme Oliver, à des chimpanzés normaux, bien que ce test en étaient encore à ses balbutiements au moment où il a été fait. Il y avait aussi un spécimen d'aspect très étrange qui avait été photographié par Hill. Hélas, cet animal n’a été pu être analysé scientifiquement car il était mort quelques années auparavant, et comme il a disparu depuis longtemps, nous ne saurons jamais s'il s'agissait ou non d'un de ces mystérieux Koolakamba.

D'autres chimpanzés de la colonie présentaient des caractéristiques typiques du Koolakamba et auraient peut-être été des descendants de ces créatures, mais cela n'a jamais été confirmé. Néanmoins, Hill était convaincu que le Koolakamba était réel et que les créatures dont Du Chaillu avait parlé étaient une nouvelle sous-espèce de chimpanzés.

Au cours des dernières années, un autre spécimen possible du légendaire Koolakamba a fait surface avec des photographies prises en 1996 d'un chimpanzé extrêmement inhabituel au zoo de Yaoundé, au Cameroun. La photo montre un singe étrange avec un visage large, une mâchoire carrée ciselée, un crâne plus gros qu’un chimpanzé mais plus petit qu’un gorille, et des yeux jaunes très humains et très perçants. Ce n'est évidemment pas un chimpanzé ou un gorille normal, mais semble plutôt être un mélange entre les deux. Lorsque les photographies ont été publiées, les primatologues se sont posés bon nombre de questions et ont évoqué la possibilité qu'il s'agissait d'un Koolakamba. La photo largement diffusée a été publiée dans le numéro de novembre 1996 du bulletin d’information de la IPPL (Internal Primate Protection League), ainsi que dans The Fortean Times, générant des débats sans fin. Malheureusement, il semble que personne n'ait jamais effectué de test ADN sur ce spécimen unique et qu'il est maintenant décédé. Nous n'avons donc que des photos de ce singe à l'air étrange. Quel était le mystérieux singe du zoo de Yaoundé ?

À l'heure actuelle, le débat se poursuit sur ce que pourrait être le Koolakamba. S'agit-il d'une sorte de singe hybride, d'individus anormaux d'une espèce connue, ou s'agit-il d'une nouvelle espèce ou d'une sous-espèce de grands singes ? Dans l’état actuel des choses, aucun spécimen confirmé n’a pu être étudié. Jusqu’à ce qu’une analyse ADN fiable soit effectuée sur un ou plusieurs Koolakamba, nous n’aurons probablement jamais de réponses à toutes ces interrogations et cela restera un mystère.

Photo : Oliver le chimpanzé

Source
https://mysteriousuniverse.org/2019/07/the-mysterious-lost-ape-of-africa/, 03 août 2019

  • Digg
  • Delicious
  • StumbleUpon
  • Reddit
  • RSS

Un homme tire sur un Bigfoot dans un parc du Kentucky


Un couple faisait du camping dans un parc national du Kentucky. Soudainement, un homme, se trouvant à l’extérieur, a tiré un coup de feu après avoir prétendument vu le célèbre Bigfoot.

L’homme a déclaré avoir tiré sur cette monstrueuse créature en forme de singe, dont l’existence n’a jamais été prouvée, après que cette dernière se soit jetée sur lui, a expliqué le couple à CNN le mercredi 31 juillet 2019.

Les gardes forestiers du parc national de Mammoth Cave ont réagi à cet incident qui s’est produit dans l'un des campings de l'arrière-pays du parc tôt le dimanche 28 juillet 2019, a déclaré la porte-parole du parc, Molly Schroer, dans un communiqué.

Ce communiqué ne confirme en rien que le Bigfoot a effectivement été observé mais Schroer a déclaré qu'aucune menace ne subsistait dans ce parc.

La réglementation fédérale interdit d’utiliser une arme à feu dans le parc national, a-t-elle déclaré. Les responsables du parc connaissent l'identité de la personne qui aurait tiré avec une arme à feu. Aucune accusation n'a encore été portée contre lui.

Madelyn Durand et son petit ami Brad Ginn, qui ont rapporté l'incident aux gardes du parc, ont déclaré que cette rencontre les avait effrayés. L’attention portée à la présumée observation de ce mystère cryptozoologique connu sous le nom de Bigfoot, ou Sasquatch, a surpris ce couple originaire de Bowling Green, dans le Kentucky.

« J'étais surtout préoccupé par le fait qu'il tire avec une arme à feu au milieu de la nuit sans qu'il n’ait aucune visibilité », a déclaré Durand, âgé de 22 ans.

Durand a dit qu'elle s’était réveillée vers 23h quand elle a entendu des bruits en dehors de leur tente. Elle a supposé que les autres campeurs chahutaient et buvaient. Elle a réveillé Ginn après que quelqu’un ait dirigé une lampe de poche vers leur tente.

« Nous sommes sortis de la tente et avons vu un homme qui nous a dit que leur camping avait été détruit par quelqu'un ou quelque chose », a déclaré Durand, étudiant à l'Université Western Kentucky.

L'homme, qui était avec son jeune fils, leur a montré son arme qu’il portait au niveau de sa hanche et leur a dit que la région était connue pour les observations du Bigfoot, se souvient Durand. Le couple est rentré dans leur tente alors que l'homme s'éloignait pour enquêter avec son fils.

« Nous les avons entendu revenir environ 10 minutes plus tard. Nous les avons entendu crier : ‘Je le vois !’ », poursuit Durand.

Elle a ajouté : « Nous avons vu le flash de son arme, et il a tiré peut-être à 20 mètres de notre tente dans l'obscurité la plus noire du monde ».

Durand a dit qu'elle avait peur que le coup de feu ne l’ait touche.

L'homme avec une arme à feu semblait également effrayé. Il a dit au couple que ses mains tremblaient, se sont-ils rappelés.

« Le gars a dit qu'il avait vu un Bigfoot émerger de la broussaille et qu'il venait vers lui, alors il lui a tiré dessus », a déclaré Ginn, âgé de 24 ans, qui fréquente également la Western Kentucky University.

« Nous avons allumé une lampe de poche pour voir s'il y avait un animal ou quelque chose du genre. Et il n'y avait absolument rien là-bas », a déclaré Durand.

Une fois l'adrénaline retombée, le couple a commencé à plaisanter sur cette nuit étrange au cours de laquelle ils ont fini par retourner à leur véhicule qui se trouvait à 5 km de là.

« Nous sommes assez choqués par l'ampleur de ce qui s’est passé », a déclaré Ginn.

Le légendaire Bigfoot est généralement observé dans la région du nord-ouest du Pacifique. Mais des observations ont été rapportées dans tout le pays.

À Marion, en Caroline du Nord, près des Blue Ridge Mountains, le maire de la ville a proclamé le Bigfoot, animal officiel de la ville lors du premier festival dédié à cette créature et organisé en septembre dernier.

Les archives fédérales publiées en juillet montraient que le FBI avait analysé un échantillon de poils appartenant prétendument à un Bigfoot dans les années 1970 « dans l'intérêt de la recherche et de l'investigation scientifique ». Plus tard, il s’est avéré que ces poils étaient ceux d’un chevreuil.

Durand et Ginn ont déclaré que leur chien, un Rhodesian Ridgeback nommé Buu, n'avait pas réagi face à cette observation présumée.

« Nous n’y croyons pas », a déclaré Durand.

Source
https://edition.cnn.com/2019/07/31/us/alleged-bigfoot-sighting-kentucky-national-park/index.html, 02 août 2019

  • Digg
  • Delicious
  • StumbleUpon
  • Reddit
  • RSS

Géorgie – Une femme soupçonnée d’être un loup-garou


Au milieu du XIXe siècle, une femme nommée Emily Isabella Burt était soupçonnée d’être un loup-garou. Elle aurait terrorisé des régions rurales de la Géorgie, aux États-Unis.

Emily était une enfant bien réservée et a grandi dans une région connue sous le nom de Pleasant Hill, près de Talbotton. La famille Burt est issue d’une famille plutôt aisée. Sa nature, timide, a conduit certains à ne pas très bien la comprendre.

Lorsque le père d’Emily est décédé, il a laissé une grosse somme d’argent. La mère d’Emily, Mildred Owen Burt, a décidé d’envoyer ses enfants au pensionnat en Europe. Cela lui a permis de passer ses journées à socialiser avec d'autres membres de la haute société.

Le temps passait et chaque semestre à l'école était long pour Emily. Il n’a pas fallu longtemps pour remarquer qu’elle n’avait pas l'air en très bonne santé. Tout dans sa vie allait de mal en pis. Elle paraissait être de plus en plus mal. Elle devint plutôt chétive et visiblement malade.

Bientôt, sa mère s’aperçut que quelque chose n’allait pas chez elle. De retour à la maison, Emily commença à s’échapper dans les bois voisins au milieu de la nuit.

Lorsqu’on lui demandait ce qu’elle y faisait, Emily s’exclamait qu’elle ne pouvait pas se souvenir de ce qui se passait. Ses promenades ponctuelles en plein milieu de la nuit devenaient mystérieuses. Elle ne se souvenait plus très bien du temps qu’elle y passait et des lieux où elle se rendait. Curieusement, des poils commencèrent à pousser dans des endroits inhabituels un peu partout sur son corps.

Des personnes remarquèrent que ses dents avaient l'air pointues ; elles ressemblaient à de longs crocs. Au début, sa mère, Mildred, pensait que sa fille souffrait simplement d'une puberté inhabituelle. Elle a ensuite commencé à la surveiller de plus près.

Pendant ce temps, les agriculteurs locaux de la région faisaient face avec leurs propres problèmes. Autour du comté de Talbot, les agriculteurs trouvaient souvent leurs champs jonchés de carcasses de bétail mutilées.

Les blessures rappelaient les attaques de loups. Marre de ce qui se passait, ils élaborèrent un plan pour tuer la bête responsable de tout cela. Différents groupes de chasseurs tentèrent de traquer le ou les loups présumés responsables.

Après de nombreuses tentatives infructueuses, les agriculteurs frustrés commencèrent à demander de l'aide et se tournèrent vers un vieil homme hors du commun qui était originaire d'Europe orientale.

Les habitants pensaient que cet homme connaissait les secrets de la magie noire et qu’il était un peu mentalement dérangé. Après lui avoir demandé ce qui se passait, l'homme expliqua qu'il ne s'agissait pas d'un animal ordinaire. C'était un loup-garou.

Puisqu’ils n’avaient aucune autre piste, les agriculteurs écoutèrent attentivement le vieil homme. Il expliqua qu'ils devraient attendre la prochaine pleine lune. Pendant ce temps, les agriculteurs reçurent pour instruction de faire fondre tous les morceaux d’argent qu’ils pouvaient trouver et de les transformer en balles de fusil. Ils suivirent ses conseils.

Plusieurs semaines s’écoulèrent et les agriculteurs se rendirent dans les champs à la lueur de la pleine lune. Ils rencontrèrent ce qui ressemblait à une silhouette se dissimulant dans l'obscurité. Cette créature mystérieuse avait la taille d'un homme adulte.

Elle avait un long museau et marchait droit sur ses pattes arrières. Les chasseurs levèrent leurs fusils et se dirigèrent vers la bête. Un cri effroyable pouvait être entendu dans toute la forêt. C'était le loup-garou et ils tirèrent une multitude de balles. Il semblait que le plan du vieil homme fonctionnait.

A ce moment-là, confuse et effrayée, la mère d’Emily, Mildred, sortit dehors pour rechercher, toute la nuit durant, sa fille disparue. Elle demeurait introuvable. La lanterne à la main, Mildred se retourna pour voir le corps inconscient d’Emily gisant dans une flaque de sang. Emily avait été blessée par balle. Mildred paniqua et appela à l'aide après avoir tenté d'arrêter le saignement.

Dès le lendemain, un médecin de la région aida à panser les plaies d’Emily. Il ne pouvait cependant pas expliquer ce qui lui était arrivé. Les rumeurs commencèrent à surgir après que la nouvelle de l’accident d’Emily soient arrivée aux oreilles des habitants.

Mme. Mildred découvrit un médecin à Paris qui pourrait aider à soigner sa fille. Il était spécialisé dans la « lycanthropie ». Mildred pensait que sa fille était responsable des meurtres et des mutilations d'animaux.

Elle envoya sa fille à Paris chercher de l'aide, dans l'espoir qu’elle soit guérie. D'après les registres, les attaques d'animaux semblaient alors avoir cessé.

Des années plus tard, Emily Isabella Burt retourna en Géorgie. Elle était guérie de sa maladie mystérieuse et vécut le reste de sa vie en tant que femme d'affaires et propriétaire.

En 1911, à l'âge de 70 ans, Isabella décéda et fut enterrée dans le cimetière d'Owens et de Holmes, dans le comté de Talbot. Emily était propriétaire d'un domaine de 300 acres et possédait un entrepôt dans le comté de Talbot. Elle avait également des terres à Bullochville (comté de Meriwether) et à Columbus en Géorgie.

Sa pierre tombale se lit comme suit : « Thy form alone is all, thank God, That to the grave is given; For ise know thy soul the better part, Is safe, yes safe, is heaven. »

Au fil des ans, il a été fait état qu’un esprit fantomatique ressemblant à celui d'un loup-garou rodait dans ce cimetière. Certains pensent que l’esprit d’Emily se promène toujours dans la région les nuits de pleine lune.

Source
https://www.freaklore.com/georgia-woman-was-believed-to-be-a-werewolf, 31 juillet 2019

  • Digg
  • Delicious
  • StumbleUpon
  • Reddit
  • RSS

Un homme a pris une incroyable photo du monstre du Loch Ness


La légende du monstre du Loch Ness, en Écosse, remonte à plusieurs siècles. Toutefois, c’est seulement en 1933 que les premiers rapports concernant cette créature marine sont apparus et ont été rendus publics.

Depuis, des dizaines de photos et de vidéos ont fait surface, prouvant que le monstre du Loch Ness ou Nessie, comme on le surnomme, existe réellement. Cependant, certaines de ces photos sont considérées comme fausses ou conçues de toutes pièces parce qu'elles sont d’une qualité à peine croyable.

Ian Bremner, un homme âgé de 59 ans, a réussi à photographier le mythique Nessie et sa photo a depuis fait le tour du monde. Ian est un passionné de photo. Un jour, il a entrepris de parcourir les Highlands, en Écosse, à la recherche du cerf élaphe, un grand cervidé qui vit notamment dans cette région du nord de l’Europe. Toutefois, ce qu’il a découvert était bien plus impressionnant. Bremner a remarqué quelque chose qui semblait nager dans le Loch Ness. Il a rapidement été fasciné par cette mystérieuse créature impossible à identifier. Il a donc décidé de prendre une photo. Ce n'est que lorsqu'il a développé le film chez lui qu'il a remarqué que l’animal qui nageait dans ces eaux avait trois bosses. Il se rendit compte qu'il avait peut-être réellement pris une photo de Nessie. Il avoue avoir été bouleversé par cette découverte.

« C’est la première fois que je vois Nessie dans le loch. Ce serait génial si j'étais le premier à la retrouver. »

Bremnar ne semble pas être la première personne à avoir prétendument obtenu des images du célèbre monstre. En effet, au fil des ans, de nombreuses photos de Nessie ont été publiées. Mais la sienne est impressionnante et pourrait constituer une preuve réelle de l’existence du monstre du Loch Ness. Mais il y en a probablement encore qui contesteront cette affirmation, même de nos jours, où la technologie permet pourtant d'obtenir des images de meilleure qualité.

Certains prétendent que Nessie seraient désormais trop âgé puisque les premiers rapports datent de presque un siècle. Mais il est possible qu’il se soit reproduit et que ce sont désormais ses descendants qui vivent désormais dans ce lac.

Bien que beaucoup considèrent que la photo de Bremnar soit particulièrement convaincante, le mystère entourant ce monstre marin est intact.

Source
https://www.disclose.tv/first-ever-crystal-clear-picture-of-nessie-taken-by-warehouse-worker-312196, 29 juillet 2019

  • Digg
  • Delicious
  • StumbleUpon
  • Reddit
  • RSS

Un dogman filmé au bord d’une rivière au Texas


Un groupe de pêcheurs ont été stupéfaits et un peu terrifiés après qu’ils aient vue une mystérieuse « créature » hybride mi-Homme mi-chien qui se tenait sur les bords d’une rivière au Texas.

La vidéo - prise à San Benito aux États-Unis - commence par nous montrer les deux hommes qui se déplacent le long de la rivière à bord de leur embarcation.

Sur le bord de la rivière, on voit une silhouette qui semble boire de l’eau à quatre pattes.

« Qu'est-ce que c’est ? Est-ce un chien ou autre chose », se demande le cameraman.

La créature semble alors apercevoir les deux observateurs. Dès lors, elle se relève sur ses deux pattes arrières.

Abasourdi, l'homme qui filme s'exclame : « Bon Dieu, j'ai réussi à la prendre ça en vidéo. »

On peut entendre son ami demander à l'arrière-plan : « Qu'est-ce que c'était ? »

La silhouette disparaît rapidement derrière les hautes herbes tandis que les deux témoins continuent à exprimer leur émerveillement.

Le site Internet Disclose Screen a posté la vidéo sur YouTube il y a peu. Il affirme qu’elle a été prise il y a six ans par un homme prénommé Reuben.

Il a sous-titré sa vidéo : « Une créature humanoïde ayant l’apparenced’un chien filmée ? »

Des dizaines d’internautes ont commenté ces curieuses images.

« Cela pourrait être un Bigfoot », a suggéré l’un d’eux.

Un autre a écrit : « Ce n'est pas un fake. La réaction [des témoins] n’a pas pu être simulée. »

Certains suggèrent que cette créature serait le fameux « dogman » - une créature mythique qui possède des caractéristiques humaines et canidés.

Source
https://www.dailystar.co.uk/news/weird-news/793323/Half-human-half-dog-creature-seen-lurking-near-Texas-river-video, 28 juillet 2019

  • Digg
  • Delicious
  • StumbleUpon
  • Reddit
  • RSS

Ebu Gogo : ces étranges humanoïdes observés en Indonésie


Dans les forêts reculées et presque impénétrables de l'île de Flores, dans l'est de l'Indonésie, vivent les Nage, un peuple autochtone qui a longtemps détenu cette terre. Comme beaucoup d'autres tribus indigènes, ils possèdent leur propre histoire et leurs riches traditions, ainsi que leurs légendes.

Parmi celles-ci, il y a une histoire concernant une race de créatures étranges habitant dans la jungle que ce peuple surnomme Ebu Gogo. Cet terme vient des mots « ebu », qui signifie « grand-mère », et « gogo », qui signifie grossièrement « celui qui mange n'importe quoi ». Ces créatures elles-mêmes sont des êtres humanoïdes poilus bipèdes et plutôt petites. Bien qu'ils soient fermement enracinés dans la tradition de ce peuple insulaire, il est également possible que les Ebu Gogo puissent exister en dehors du simple mythe, peut-être errant là-bas dans la nature sauvage.

Les Ebu Gogo, également connus sous d'autres noms régionaux tels que Ine Weu et Poti Wolo, sont décrits comme mesurant entre 4 et 5 pieds de haut en moyenne et présentant des traits résolument évocateurs. Leur corps est couvert de poils. Ils possèdent une bouche, un nez large et plat, des sourcils proéminents, ainsi que des bras proportionnellement très longs et un gros ventre rond. Dans la tradition, ces créatures sont décrites comme étant des coureurs et des grimpeurs très rapides et agiles. On dit qu'elles ont la capacité de parler entre elles dans leur propre langage rudimentaire, ainsi que d'imiter la parole humaine. Toutefois, elles ne maîtriseraient pas le feu et n’utiliseraient pas d’outils. Les Ebu Gogo ont traditionnellement une image plutôt négative. Ils sont perçus comme des gloutons voraces qui mangent n'importe quoi et pillent des villages pour voler de la nourriture ou même pour kidnapper des personnes pour les manger. On dit le plus souvent qu'ils sont plutôt vicieux, et désireux de chasser les gens de leur territoire.

En dépit de cette réputation peu recommandable, les Nage ont déclaré qu'ils avaient longtemps fait une trêve difficile avec les Ebu Gogo, échangeant parfois avec eux ou même organisant des fêtes ensemble. Seulement, ces créatures étaient devenues de plus en plus audacieuses et sournoises. Lorsque de nombreux enfants du village ont commencé à disparaître, les Ebu Gogo ont été blâmés et les Nage ont alors cherché à les exterminer. L’histoire la plus commune à ce sujet est qu’au 18ème siècle, les Nage ont incité les Ebu Gogo à accepter un cadeau contenant des vêtements confectionnés à partir de fibres de palmier hautement inflammables, que les créatures avides ont emportées avec empressement dans les cavernes où elles habitaient. Une fois que cela a été fait, les villageois ont lancé des torches sur ces créatures, ce qui a enflammé les fibres créant un immense incendie qui a anéanti la quasi-totalité des Ebu Gogo, les quelques survivants ayant été traqués et tués. Cependant, il y a toujours eu ces histoires que quelques-uns d'entre eux ont réussi à survivre dans les jungles les plus profondes de l'île jusqu’à nos jours.

Les Ebu Gogo ont souvent été aperçus au cours du 19ème siècle à la fois par les indigènes et les explorateurs et colons étrangers. Toutefois après cette observation moderne, le nombre de témoins a chuté de façon spectaculaire, bien que de rares récits soient apparus. L’un des témoignages les plus récents nous vient du chef Epiradus Dhoi Lewa de Boawae. Il affirme qu’un spécimen féminin aurait été capturé dans un village en 2004. Ses seins pendaient de manière étonnante, ce qui constitue une caractéristique notable des femmes Ebu Gogo.

Cette mystérieuse femme s'est finalement échappée et s'est enfuie dans la forêt. Il n'y a donc aucun moyen de savoir qui elle est ou ce qu'elle était vraiment.

Bien que les Ebu Gogo semblent purement légendaires, les récits et les observations ont acquis une certaine crédibilité en 2003, lorsque les restes d'une nouvelle espèce d’humanoïde particulièrement petite ont été découverts dans la grotte de Liang Bua sur l'île de Flores. L’espèce, appelée Homo floresiensis, se caractérise par son très petit corps, mesurant seulement 3 à 4 pieds de hauteur, ce qui lui a valu le surnom de « Hobbits ». On pense depuis longtemps que ces créatures ont vécu sur l’île entre -12 000 et -13 000 ans. Ils auraient non seulement pu vivre aux côtés de l'Homo sapiens, mais auraient même pu survivre jusqu'à nos jours sur cette île. Compte tenu de la taille de H. floresiensis et de sa ressemblance avec le mythe de l’Ebu Gogo, il a été suggéré qu’ils ne faisaient peut-être qu’un et, donc, que les Ebu Gogo étaient les descendants de l’Homme de Florès.

En effet, l’Homo floresiensis aurait pu vivre sur d’autres îles. Pour certains, cela expliquerait les observations de d’autres cryptides hominidés et poilues de la région, telles que l’Orang Pendek des montagnes de Sumatra ou l’Orang Kardil moins connu. Dans les deux cas, il s’agit d’êtres sauvages et miniatures qui peuvent utiliser des outils rudimentaires et des armes telles que des lances. Cependant, l'idée que l’Homo floresiensis soit à l'origine de ces observations et la mythologie des Ebu Gogo posent quelques problèmes. Les recherches récentes menées en 2016 ont établi que l’Homo floresiensis s’était éteint, non pas il y a 13 000 ans, mais il y a plus de 50 000 ans. Cela réduit à néant le fait qu’il ait pu survivre jusqu'à nos jours sans jamais être découverts. Bien que leurs apparences et les régions géographiques où ils vivent correspondent, les Hommes de Flores sont connus pour avoir utilisé le feu et des outils, contrairement aux Ebu Gogo. Pourtant, que les Ebu Gogo soient ou non apparenté à l’Homo floriensis, il semblerait qu'ils aient très bien pu être basés, du moins en partie, sur un animal réel. Gregory Forth, professeur d'anthropologie à l'université de l'Alberta, au Canada, a dit à ce sujet :

« Bien que beaucoup d'Ebu Gogo puissent rappeler l’Homo floresiensis (ou inversement), il est clair que le premier ressemble également à des personnages généralement considérés comme appartenant au mythe et à la fantaisie. (Un autre attribut fantastique de l’Ebu Gogo est leur propension réputée à avaler des choses entières, y compris des sacs de riz, des chiots et des porcelets.)… Certes, l'interprétation de l’Ebu Gogo comme reflétant directement les souvenirs locaux de l’Homo floresiensis pose problème. Cependant, quelle que soit les origines des représentation des Nage, l’Ebu Gogo semble vraiment différent des différentes catégories d’esprits que les Nage décrivent avec une crédulité égale - et dans cette mesure, je pense que la possibilité [qu’elles représentent un véritable animal] devrait être prise au sérieux. Comme indiqué, les Nage eux-mêmes distinguent les Ebu Gogo des ‘esprits’ (une catégorie générale désignée contextuellement par nitu) et le font explicitement en référence au manque de pouvoirs extraordinaires de la créature poilue - par exemple, la capacité de disparaître, de changer de forme, de se transformer en animaux, et ainsi de suite. »

Alors, quel est ou était le Ebu Gogo ? S'agit-il d'une sorte de primate non découvert, d'une tribu perdue ou d'une population restante de l'Homo Floresiensis, qui aurait disparu ? Est-ce des histoires transmises depuis des générations à une époque où leurs habitants vivaient à côté de ces créatures ? Ou est-ce que tout cela n'est que pur mythe et folklore ? Si tel est le cas, comment se fait-il que ces créatures aient été observées par des colons et des étrangers qui ignoraient tout de cette histoire ? Existe-t-il un lien entre l'Ebu Gogo et d'autres hominidés poilus des îles, tels que l'Orang Pendek ? Nous sommes loin d’avoir trouvé la réponse à ces questions et, pour l’instant, le petit peuple poilu des jungles de Flores reste un mystère …

Source
https://mysteriousuniverse.org/2019/07/the-ebu-gogo-indonesias-mysterious-hairy-little-people/, 28 juillet 2019

  • Digg
  • Delicious
  • StumbleUpon
  • Reddit
  • RSS

Le mystère du Bigfoot à trois orteils


En juillet 1972, Doris Harrison, alors âgée de 15 ans, a probablement eu la peur de sa vie. De ses propres yeux, elle a vu une immense et terrifiante créature humanoïde qui se tenait debout à seulement quelques mètres d’elle.

Au moment des faits, elle se trouvait dans la cuisine de la maison familiale située au pied de Marzolf Hill, dans la petite ville de Louisiana, dans le Missouri. La dernière fois qu’elle avait regardé par le fenêtre, ses frères Terry, 8 ans, et Wally, 5 ans, poursuivaient leur chien à travers les arbres. Mais des cris soudains ont attiré son attention. C’est alors qu’elle a vu, à travers la fenêtre, un monstre bipède d'environ sept pieds de haut couvert de poils se tenant debout dans la cour pendant que ses frères couraient vers la maison. La créature, qui avait le visage obscurci, tenait un chien mort sous son bras.

« Ce n’était pas un homme et ce n’était pas un ours », a confié Doris (Harrison) Bliss au Columbia Missourian en 2012, à l’occasion du 40ème anniversaire de la rencontre.

C'était la première fois que cette bête, qui sera plus tard surnommée Momo (le « monstre du Missouri »), fut observée. Par la suite, elle a été observée à de multiples reprises.

Un homme a dit qu'il avait été poursuivi par cette créature. Des écoliers ont affirmé l'avoir vu à travers la fenêtre de leur classe. Et deux femmes ont dit avoir observé un être mi-singe / mi-homme qui sentait l'odeur d'une mouffette et qui les fixait depuis les bois.

Le détail le plus curieux de toutes les descriptions faites concernant cette créature était ses pieds. Elle n'avait que trois orteils. Un homme qui vit dans le coin, Clyde Penrod, a même réalisé des moulages en plâtre des empreintes de pas qu’il a laissé.

« Ce n'est pas humain du tout », a déclaré Christina Windmiller, la fille de Penrod, au Columbia Missourian. « Il a un gros talon et trois orteils. »

Bien que les observations se soient arrêtées au bout de quelques semaines, les empreintes de pas laissées par Momo intéressent au plus haut point les cryptozoologues du monde entier. La plupart des empreintes laissées par le Bigfoot ont cinq orteils (parfois quatre) et, elles ne ressemblent en rien à celles d’un singe avec un orteil en forme de pouce sur le côté. Les empreintes semblent d’apparence humaine – mais en bien plus grandes.

Cependant, le cas de Momo n'est pas unique. Il existe d’autres rapports indiquant que des empreintes de pas de Bigfoot à trois orteils ont été découvertes.

Au début des années 1970, alors que Momo était régulièrement observé dans le Missouri, un monstre identique est apparu dans le comté de Miller, dans l'Arkansas. Ce monstre, appelé « Fouke » était une créature ressemblant à un humain poilu. Il sentait la moufette et la chair en décomposition, et aurait été vu dans le sud-ouest de l'Arkansas de 1971 à 1974.

Le monstre Fouke a été signalé pour la première fois au journal local (Texarkana Gazette) lorsque Bobby et Elizabeth Ford ont affirmé que la créature se tenait debout devant l’une des fenêtres de leur maison la nuit du 2 mai 1971. Bobby et son frère Don ont chassé le monstre, lui tirant dessus dans l'obscurité.

En plus de marques de griffues, la bête a laissé des empreintes de pas à trois orteils tout autour de la maison. Le monstre et ses pieds étranges a terrorisé les Ford pendant des jours.

Les habitants ont affirmé avoir souvent vu le monstre ressemblant à un singe dans la région. Le propriétaire de la station-service locale, Scott Keith, a découvert davantage d'empreintes de pas dans un champ de soja - celles-ci avaient également trois orteils.

Depuis le début des années 1960, les habitants de la région parlent du monstre de Honey Island Swamp qui pourrait être vu au sud de la Louisiane. Comme Momo et le monstre Fouke, le monstre Honey Island Swamp est un bipède, mesurant 7 pieds de haut, recouvert de poils et sentant la moufette et la chair en décomposition. Il possède également trois orteils.

Harlan Ford, un contrôleur de la circulation aérienne à la retraite, a été le premier à signaler la présence de ce monstre en 1963. Il a également affirmé avoir trouvé des empreintes de passe laissée par cette bête à trois doigts en 1974. Un autre homme de la région, Ted Williams, a également déclaré avoir vu ce monstre des marais.

Des observations du Bigfoot qui laisse de telles empreintes ont également été rapportées dans l'Iowa (empreintes laissées par une créature velue en 1978) et dans le Minnesota (des empreintes trouvées sur Vergas Trail à l'est de Fargo en 1989). La question est, si cette créature velue, ressemblant à un homme ayant des pieds à trois orteils existe réellement, quel est l’origine exacte du Bigfoot qui erre au centre des États-Unis ?

Les gens ont spéculé sur le Bigfoot était un gigantopithèque géant (genre éteint d'hominidés), un singe asiatique du Pléistocène, des Néandertaliens, ou encore des ours mal identifiés. Certains pensent même que les Bigfoots pourraient être les descendants de Caïn, le fils d’Adam et Eve dans la Bible. Aucune de ces suppositions n'explique pourquoi certains Bigfoot - qui semblent être des mammifères - peuvent n'avoir que trois orteils sur chaque pied.

Il n’existe que trois mammifères ne possédant que 3 doigts sur leurs membres postérieurs. Le Procavia capensis (originaire d'Afrique et du Moyen-Orient et long de de 20 pouces), le cochon d'Inde (rongeur originaire d'Amérique de huit pouces) et le paresseux (mammifère de 30 pouces originaire d’Amérique latine).

Le Megatherium (un paresseux géant), qui vivait de l’Amérique du Sud jusqu’au nord du Canada au cours du Pléistocène, pesait jusqu’à quatre tonnes et avait une longueur de 20 pieds. C'était un omnivore (comme le serait le Bigfoot) et il pouvait se déplacer aussi bien sur deux jambes que sur quatre. Et bien sûr, il n’avait que trois orteils.

Le paresseux géant aurait-il pu survivre dans les régions méconnus d’Amérique au cours de ces 11 000 dernières années ? Selon des légendes autochtones, oui.

Le Mapinguaris est une créature que les villageois de la forêt tropicale brésilienne auraient rencontrée jusque dans les années 1990. Il mesure environ sept pieds de haut (plus de deux mètres), est recouvert d'une fourrure rougeâtre ou noire, se dresse sur ses pattes postérieures, est omnivore et sent la chair en décomposition. L’ornithologue David Oren a été jusqu’à dire que les Mapinguaris pourraient être un paresseux terrestre géant.

Une créature semblable est présente dans les légendes des Inuits du territoire du Yukon, au Canada. Le Saytoechin est une créature plus grosse qu'un grizzli qui se nourrit d'écorce d'arbre et de castor.

Une famille inuite qui pêchait sur le lac Tatchun, dans le centre du Yukon, au milieu des années 1980, a été témoin d'un animal mesurant « huit ou neuf pieds de haut, plus gros qu'un grizzli… qui se dirigeait vers eux », selon le British Columbia Cryptozoology Club. Lorsqu'on leur a montré des images pour identifier la créature, la famille a pointé du doigt des dessins d'un paresseux géant.

Cette créature, considérée comme éteinte depuis 11 000 ans, pourrait-elle être responsable des observations du Bigfoot à trois doigts faites dans le centre des États-Unis ? C’est une possibilité …

Photo : Christina Windmiller en 2012 avec un moulage en plâtre de l’empreinte de pas laissée par Momo (Columbia Missourian ©).

Source
https://mysteriousuniverse.org/2019/07/the-mystery-of-the-three-toed-bigfoot/, 27 juillet 2019

  • Digg
  • Delicious
  • StumbleUpon
  • Reddit
  • RSS

Des hurlements effrayants enregistrés dans une forêt


Une créature effrayante se cacherait dans une forêt du Kentucky. Un homme y aurait enregistré un hurlement terrifiant … D’où vient-il ? Hélas, personne n’a vu le monstre capable d’émettre un tel cri.

Shaun Hammonds s'est précipité devant sa maison après qu’il ait entendu des bruits terrifiants provenant de la forêt voisine. Au début de la vidéo, on peut entendre deux cris aigus suivis d'un rugissement tonitruant.

« Écoutez ça », s'exclame-t-il.

Shaun se retourne vers sa femme Megan qui porte, dans ses bras, leur jeune enfant et lui dit de rentrer à la maison, craignant une attaque de cette étrange créature non identifiée.

« Lil’Mama l’a entendu puisqu’elle était avec moi. Nous pouvons vous dire que ce n’est pas un ours ou un coyote », a-t-il écrit sur Facebook.

« Ce son transperce votre âme, il ne ressemble à rien de ce que j’ai déjà entendu dans ces montagnes. »

Cette séquence vidéo a effrayé beaucoup d’internautes qui l’ont visionné.

Certains ont suggéré qu’il pouvait s’agir du légendaire Bigfoot.

« Cela ressemble exactement à un sasquatch », a ajouté l’un d’eux.

Un autre a commenté : « C’est un son effrayant ! Le Sasquatch a développé ce son pour nous faire peur. »

Pour les sceptiques, ce bruit pourrait provenir d’un puma.

La chaîne YouTube, Disclose Screen a republié cette vidéo. Elle a expliqué qu’aucun puma ne vivait dans la région depuis plus d’un siècle.

« Ce sont les sons les plus effrayants que j'ai jamais entendus », a-t-il ajouté.

Les images présentent des similitudes étonnantes avec celles qui ont été tournées au cours d’une journée de 2017 dans une forêt de l'Oregon, aux États-Unis.

Des cris avaient été entendus provenant des arbres. A l’époque, de nombreuses personnes avaient suggéré que cela pouvait être Bigfoot.

Source
https://www.dailystar.co.uk/news/weird-news/792653/Mystery-creature-lurking-Kentucky-terrifying-sound-heard-Facebook-video, 24 juillet 2019

  • Digg
  • Delicious
  • StumbleUpon
  • Reddit
  • RSS

Un skipper repère le monstre du Loch Ness sur son sonar


Un skipper affirme avoir repéré le célèbre monstre du Loch Ness à l’aide d’un sonar. La créature mesurait 30 mètres de long et était cachée au fond de l’eau. Il a pu prendre plusieurs photos …

La photo de Mike Bell nous montre, dans le fond du loch, un poisson ainsi qu’un objet long et mince à environ 35 mètres (115 pieds) sous la surface.

Lorsque le jeune homme de 24 ans a entouré l’anomalie sur son écran et a relevé les données relatives à cette dernière, le mystérieux objet avait disparu. De ce fait, il ne s’agissait pas de quelque chose d’inanimé comme une bûche.

Il dit qu'il aimerait penser qu'il a repéré le monstre du Loch Ness.

Mike a capturé cette image remarquable alors qu’il emmenait un groupe de touristes faire une excursion sur le Loch Ness le 27 juin 2019.

Mike, qui vit à Drumnadrochit (une ville située à proximité), venait juste de finir d'expliquer l'histoire de la créature mythique et du château sur son bateau lorsqu'un touriste a repéré l'anomalie sur son sonar.

La photo qu’il a publiée nous montre le sonar, qui enregistrait des données à 101 mètres de profondeur, comme il est indiqué sur le coin supérieur gauche de l’appareil.

Sur le côté droit, l'appareil descend par tranches de 20 mètres et sur une distance d'environ 15 mètres, il y a un gros écho qui suggère la présence d’un gros poisson.

Cependant, à 35 mètres, il y a une longue ligne en zig-zag qui indique qu’il y a un très gros objet, qui pourrait être le monstre du Loch Ness.

Il s'agit de la huitième observation officielle du monstre du Loch Ness enregistrée cette année sur le registre officiel qui liste l’ensemble des observations concernant Nessie.

L’homme a déclaré : « J'aimerais penser que c'est notre créature, Nessie. »

« C'est ma première année en tant que skipper dans ce bateau depuis cinq mois et je n'ai jamais vu [Nessie] ou vu quelque chose d'aussi gros sur le sonar. »

« Mon père est le skipper le plus expérimenté. Il pratique cette activité depuis quelques années et a déclaré n’avoir jamais vu quelque chose d’aussi gros sur son sonar. »

« C'est la première fois que je vois Nessie et je pense que mon père est un peu jaloux, car il ne l'a jamais vu. »

« La taille standard sur le sonar nedépasse généralement pas la taille d’une épine suggérant la présence d’un petit poisson. Cette grande ligne, qui se trouvait à environ 35 mètres sous l'eau, mesurait environ 10 à 25 pieds. »

« Un objet de cette taille, je pense, est beaucoup trop grand pour les espèces normales qui habitent dans ce lac. »

« Cela a dû nous prendre environ cinq ou six minutes à essayer de repérer cette créature à nouveau. »

La nuit dernière, le RNLI (Royal National Lifeboat Institution) a émis un avertissement de sécurité après qu’un événement Facebook soit devenu viral. Ce dernier propose d’organiser une recherche massive du monstre du Loch Ness le 21 septembre 2019.

Sur le réseau social, 18 000 personnes ont indiqué qu'elles se rendraient à cet événement organisé par le Storm Loch Ness et que 38 000 personnes « seraient intéressées ».

Le RNLI a déclaré que l’eau était très profonde et avait une température moyenne de 6 ° C, mais était sujette à des conditions de détérioration avec des hauteurs de vague enregistrées pouvant atteindre 4 mètres de hauteur.

Le mois dernier, il a été signalé qu'un couple avait pris des images Nessie alors qu'il était en vacances dans les Highlands.

Gloria et Ian Davison ont vu une créature sombre avec une tête et un cou alors qu'ils conduisaient le long du Loch Ness.

Le couple abasourdi a arrêté sa voiture près de la baie d'Urquhart et a observé la créature pendant une minute avant qu'elle ne disparaisse.

Nessie aurait été vu 15 fois en 2018.

Les recherches effectuées l'année dernière ont révélé que la créature mythique rapportait 41 millions de livres sterling par an à l'économie écossaise.

La première rencontre de la bête aurait été faite par le missionnaire irlandais Saint Colomba dans la rivière Ness en 565 après JC.

Source
https://www.mirror.co.uk/news/weird-news/loch-ness-skipper-captures-nessie-18669650, 24 juillet 2019

  • Digg
  • Delicious
  • StumbleUpon
  • Reddit
  • RSS

Un grand-père a vu une terrifiante entité humanoïde dans son jardin


Un homme a vécu une expérience paranormale qu’il n’oubliera probablement jamais. Il a vu, de ses propres yeux, une mystérieuse créature humanoïde. Elle semblait mesurer environ huit pieds de haut et sa peau était d’un blanc pâle. Il ne savait pas quoi penser de cette rencontre terrifiante.

Le récit de cette rencontre assez inhabituelle a été publiée par u/BuckeyeBrute sur Reddit en mai 2019. Il a expliqué que son grand-père vivait dans une petite ville minière, située dans le sud-est de l'Ohio. Il habitait à la limite de cette commune rurale.

En règle générale, son grand-père était un homme globalement calme et réservé par nature. Cependant, à la suite de cette expérience, il est devenu plus sensible à tout ce qui l'entoure. De nos jours, il est plus facilement surpris par le moindre bruit qui se fait entendre autour de lui.

Ces derniers temps, le grand-père a peur de sortir de chez lui. Il vérifie toujours qu’il n’y a personne et ne sort désormais plus sans son chien. Il porte constamment une arme de poing pour se protéger. Un jour, son petit-fils lui a rendu visite et lui a demandé pourquoi il était aussi nerveux.

Son grand-père lui a expliqué qu'il avait vu à plusieurs reprise quelque chose de sinistre et de terrifiant. Cette chose semblait être une créature plutôt grande, blanche et très fine. Il l’avait vue à la limite de sa propriété. Cette entité était apparue dans sa cour près de la zone arborée.

Il a poursuivi son récit en disant que cette chose avait de petits yeux noirs, qu’elle mesurait environ 8 pieds de haut. Chaque fois qu'il avait vu cette chose, celle-ci se tenait là à regarder sa maison avant de disparaître comme par magie.

Cela lui est arrivé il y a environ deux mois et son petit-fils ne l'avait vu que peu de fois depuis. Son petit-fils lui a admis qu’il n’avait aucune connaissance ou expérience sur tout ce qui touche au paranormal.

C'est la raison même pour laquelle il a posté cette incroyable histoire sur Reddit. Il se demande si quelqu'un d'autre pourrait savoir ce qu'est cette chose ou ce qu'elle voulait. Il est clairement bouleversé et cela préoccupe depuis le petit-fils.

Personne ne veut jamais voir ses grands-parents en difficulté. Il a de nouveau expliqué à quel point son grand-père était quelqu’un de facile à vivre. Cependant, il a maintenant peur que sa famille ou ses amis restent en sa compagnie après le coucher du soleil, à cause de cette entité qui pourrait apparaître.

Le grand-père a fermement averti qu'il ne souhaitait que personne d'autre voit cette entité. Peut-être par crainte que cela commence à affecter également leurs vies. Le petit-fils a simplement demandé sur Reddit si quelqu'un d'autre avait des conseils sur ce qui pourrait bien se passer et si ce phénomène allait finir par disparaître de lui-même.

Son grand-père a précisé que cette chose se présente habituellement entre 22h00 et 2h00 du matin. Le plus longtemps qu’elle soit restée là, à le regarder, cela a duré environ 10 minutes. Après cela, et comme à son habitude, elle a subitement disparu.

La toute première fois que son grand-père en a été témoin, cela n’a duré que peu de temps. Cependant, il a fallu un certain temps à son grand-père avant de s'en rendre compte. La famille a depuis pris des dispositions pour consolider et renforcer la maison, dans l’espoir que son grand-père puisse vivre plus tranquillement sans la crainte que cette créature humanoïde ne s’en prenne à lui.

Source
https://www.freaklore.com/grandfather-encounters-tall-pale-humanoid-entity-in-his-backyard, 23 juillet 2019

  • Digg
  • Delicious
  • StumbleUpon
  • Reddit
  • RSS

Publicité